Le Carnet de Clark White

Ce petit carnet a appartenu à un certain Clarke White, employé de ferme, bûcheron itinérant et spirite.

Il date de 1855, ce qui nous ramène au tout début du mouvement spirite. Il fut trouvé au début des années 2000 sous les restes du plancher d’une maison d’Orange County; il y séjournait depuis 1856.*
Dans son journal, il note ses réunions spirites à diverses reprises, elles ont toujours lieu un dimanche.
Nous avons travaillé avec le musée d’Orange County pour avoir des références sur ce monsieur.
Les documents sont consultables au Surnatéum.

Le Surnatéum recherche activement les carnets et notes manuscrites de spirites, magiciens, sorciers, témoins de phénomènes inquiétants, etc pour ses collections. Ce carnet est certainement un des plus vieux de notre section spirite, et un des plus petits en taille. L’écriture est néanmoins extrêmement lisible, quoique l’orthographe nous paraisse parfois étrange.

Il s’agit du carnet de Clark White du Comté de Wyoming, N.Y., qui semble avoir résidé à Orangeville. Le carnet commence à la date du 1er mars 1855 et pourrait avoir résidé chez la famille Butler près de Warsaw. Dans ce carnet, quelques références sont faites à des séances de spiritisme et de magie. Il semblerait que Clark White fut membre d’une congrégation ou d’une secte religieuse de type Quaker, car il nomme ses voisins : pères, sœurs et frères. Le carnet ne manque pas d’un certain humour. Nous reproduisons ici quelques passages.

 

Le 20 mars est “cold as Greenland,” for example. Le 21 mars, “I chopped enough to break my ax (oh dear me).”

Quoique excellent écrivain, White écrit parfois phonétiquement, ce qui laisse parfois interrogatif sur le sens de certains mots: comme par exemple ” wimin ” pour ” women “, etc.

Premier avril: “Cold windy snowy day. I kept the house. Cracked butternuts. Boiled a little sap … How good it is.

17 avril: “I arose early and hunted skunks. Caught one in a box and played with him awhile and held the light for him to get away.

Il a parfois des réactions de jeune homme timide vis-à-vis du sexe opposé: “Rained today. I worked in the house washing walls and run some upstairs and down and (was) led around by a woman, so I am tired.

Un premier mystère apparaît au début mai : “My boy came from Buffalo.” Jusqu’à present nous n’avons aucune information concernant sa famille.”

Le 4 mai, le mystère s’épaissit: “Had an unsatisfactory talk with Jane White.” Jane devait être sa femme..

Le spiritisme entre dans ses notes, le 13 mai: “Went to D. Griffins and heard a good spiritual lecture from his wife.”

Le 24 juin: : “Mr. Green and wife staid until 2 o’clock (presumably 2 a.m.). We had a circle and the table tipped and rocked like a cradle.

1er juillet: “Went to Mr. McWethey’s and heard a lecture from an intranced (in a trance?) medium.”

15 juillet: “Went to McWeithey to meeting. Good communication.”

Le 4 juillet (fête nationale): le gamin réapparait dans ces notes: “Went to Buffalo. Found Jane sick. William went to Mr. Butts to live.

 

Un journal de ce type est extrêmement rare, pour en savoir plus nous avons contacté l’historienne du comté de Wyoming dans l’état de New York

  • le carnet, outre divers témoignages concernant les séances, les masses de bois qu’il coupe et la météo de l’année 1855, contient un objet totalement inattendu que nous pourrions considérer comme un “apport” d’une soirée spirite.
  • Mais seul un passage au Surnatéum vous permettra de le voir.
  • Le célèbre médium Andrew Jackson Davis vient des environs d’Orange County.

| Revenir aux articles

15/05/19