Vous désirez plus d'informations ou réserver une soirée, n'hésitez pas à contacter le Surnateum par téléphone ( +32(0)496686470 ou +32(0)27626046 ) ou par mail

Vous avez envie de pratiquer l'illusionnisme différemment, d'avoir un close-up plus efficace, d'utiliser de vraies techniques underground à l'efficacité redoutable, de monter des spectacles...

Prenez donc contact avec nous, vous serez étonné de notre disponibilté.

Nous pouvons également effectuer des prestations en extérieur et prêtons parfois des objets sous certaines conditions.

Pour plus d'informations, contactez le conservateur

Pour plus d'infromations: pdf récapitulatif

Christian Chelman est le Conservateur actuel du Surnatéum, un Cabinet de Curiosité essentiellement consacré aux magies qui hantent nos civilisations depuis l’aube de l’humanité. Christian Chelman se consacre entièrement à l'étude de la magie sous toutes ses formes.

Depuis des années, il explore autant l'illusionnisme et la prestidigitation dans leurs aspects les plus inconnus que la magie et la sorcellerie dans l'Antiquité, dans les sociétés secrètes et chez les peuples dits "primitifs." Attiré par les connaissances interdites, fasciné par les mythes, légendes et superstitions du patrimoine humain, il exhume de l'oubli d'étranges histoires. Comme Schliemann qui découvrit Troie dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le Conservateur et ses collaborateurs traquent les objets de légende oubliés, enfouis sous la poussière des ans. Son étrange personnalité lui ouvre bien des portes, celles de bibliothèques occultes, de collections démoniaques, d'antres de magiciens maudits et de tripots infâmes...

Au cours de nombreux voyages, rencontres et recherches, il a rassemblé une unique collection d'artefacts magiques pour le compte du musée, preuves irréfutables de la présence du surnaturel et du fantastique au sein de nos sociétés. Cette collection se trouve à Bruxelles, au centre de l'Europe.

Christian Chelman, est l’auteur de plusieurs ouvrages traitant de l’illusionnisme contemporain : Capricornian Tales (USA), Légendes Urbaines (France), Compendium Sortilégionis (Suisse), Hauntiques (GB). Il est vainqueur du Tournoi de Magie Mc Millan à Londres en 1993 (un des plus grands tournois de magie rapprochée en Europe) avec le spectacle Delirium Magicum. Il donne des séminaires sur l’illusionnisme et travaille régulièrement au Magic Castle (Hollywood – USA). Monsieur Chelman se produit également comme illusionniste pour le milieu de l’événementiel et donne des séminaires sur la communication et la manipulation par le langage. Monsieur Chelman est un spécialiste du jeu des gobelets, outil principal de l’escamoteur. Il a produit une vidéo à l’attention des étudiants en illusionnisme à ce sujet.

Au sein du Surnatéum et parfois en extérieur, Christian Chelman conte et réactive les antiquités hantées pour le plus grand plaisir de ses invités.

| Revenir aux articles

26/04/14

Médaille Alchimique 1617 van Helmont

Avers : Un Phenix dans les flammes : Damnum Apparens foenus posteris

Revers: un Alchimiste : Lucrum apparens fumus posteris Calc. Brux. 1617

Source : Bibliotheca TeWaterana: sive catalogus librorum selectorum …, Volume 2    

Théoriquement parlant, cette médaille est censée contenir un fragment de Pierre Philosophale, puisque fabriquée à partir de “l’or” obtenu lors de la transmutation. Elle n’est toutefois pas en or pur. Pratiquement, il s’agit d’un jeton de compte fabriqué à Anvers qui célèbre un évènement particulier: ici, la réussite d’une transmutation alchimique de van Helmont, l’année précédent la création du jeton, donc 1616.

Jean-Baptiste Van Helmont est un alchimiste, chimiste, physiologiste et médecin originaire des Pays-Bas espagnols né à Bruxelles le 12 janvier 1579 et mort à Vilvorde le 30 décembre 1644. Il a écrit l’essentiel de son œuvre en latin, mais a laissé aussi un important traité en néerlandais. Il découvrit le gaz carbonique et le rôle du suc gastrique dans la digestion. Il eut le grand mérite d’établir un pont entre l’alchimie et la chimie.

Né à Bruxelles (Belgique) en 1579, d’origine noble, Jean-Baptiste Van Helmont décrocha son diplôme de philosophie à l’âge de 17 ans à l’Université du duché de Brabant (devenue l’Université catholique de Louvain). Il se tourna vers l’astronomie, l’algèbre, la géométrie euclidienne. Il suivit par ailleurs au collège des jésuites les cours du professeur Martín Antonio Delrío (1551-1608), qui étudiait la magie dans son Disquisitionem magicarum.

À la suite d’une vision, il réalisa qu’il avait emprunté une mauvaise voie. Il lut les mystiques rhénans : Thomas a Kempis et Jean Tauler. En même temps, il étudia la médecine par les herbes de Matthioli, de Dioscoride, puis la médecine galénique, inspirée d’Hippocrate et d’Avicenne. En 1599, il obtint son diplôme de docteur en médecine mais il lisait Paracelse, et se mit à pratiquer une médecine « iatrochimique » toute opposée dans ses principes au galénisme de la Faculté[1]. Il exerça dans toute l’Europe : Suisse et Italie (1599-1605), France et Angleterre (1602-1605). Il épousa Margarita van Ranst en 1609, dont il eut quatre filles puis un fils, François-Mercure. De 1609 à 1619 il se consacra à la méditation et à la recherche, surtout en pyrotechnie : il s’appelait lui-même Philosophus per ignem (philosophe par le feu).

À la suite d’une nouvelle expérience spirituelle, il se crut adeptus naturae, initié aux secrets de la nature. En 1614, il appela son fils « François-Mercure », à cause de son intérêt pour l’alchimie.

Il rencontre un médecin irlandais, du nom de William Butler qui a des problèmes avec la justice de Vilvorde. En remerciement de son aide, Butler lui offre une ‘Pierre de Butler’, appelée aussi DRIF, qui pourrait être une Pierre Philosophale. Cette Pierre est censée aider à réaliser des guérisons miraculeuses. Personne n’est toutefois certain que le Drif est la Pierre Philosophale.

En 1617, J.-B. Van Helmont publia De magnetica vulnerum curatione, en entrant dans une querelle entre Rudolf Goclenius le Jeune (1572-1621) et Jean Roberti ; Goclenius (1608), en paracelsien, croit à la guérison magnétique des blessures : tout corps vivant possède un magné­tisme animal propre, une force qui peut être utilisée, notamment à des fins thérapeutiques, par exemple l’onguent armaire (armarium) permet de soigner par l’arme qui a occasionné une blessure ; le jésuite Jean Roberti (1617) réfute ; J.-B. Van Helmont critique les deux et les jésuites. Il est arrêté par l’Inquisition en 1634, jusqu’en 1636. Interrogé sur la kabbale, il répondit qu’il savait que les rabbins employaient cet art pour l’intelligence des mystères de leur foi, mais que les chrétiens n’en avaient pas besoin : les écrits de Reuchlin et Ricius lui avaient appris que ce n’était que fables et vaines tortures de l’esprit[2].

Il mourut à Bruxelles en 1644.

(source Wikipédia)

Accompagne la médaille, un petit coffret datant de la fin du XIXe siècle, qui contient une sorte de cristal rouge et transparent.Sur le pourtour de la boîte, une scène symbolisant le Philosophus per Ignem (philosophe par le feu) ou adepte alchimique.