Vous désirez plus d'informations ou réserver une soirée, n'hésitez pas à contacter le Surnateum par téléphone ( +32(0)496686470 ou +32(0)27626046 ) ou par mail

Vous avez envie de pratiquer l'illusionnisme différemment, d'avoir un close-up plus efficace, d'utiliser de vraies techniques underground à l'efficacité redoutable, de monter des spectacles...

Prenez donc contact avec nous, vous serez étonné de notre disponibilté.

Nous pouvons également effectuer des prestations en extérieur et prêtons parfois des objets sous certaines conditions.

Pour plus d'informations, contactez le conservateur

Pour plus d'infromations: pdf récapitulatif

Christian Chelman est le Conservateur actuel du Surnatéum, un Cabinet de Curiosité essentiellement consacré aux magies qui hantent nos civilisations depuis l’aube de l’humanité. Christian Chelman se consacre entièrement à l'étude de la magie sous toutes ses formes.

Depuis des années, il explore autant l'illusionnisme et la prestidigitation dans leurs aspects les plus inconnus que la magie et la sorcellerie dans l'Antiquité, dans les sociétés secrètes et chez les peuples dits "primitifs." Attiré par les connaissances interdites, fasciné par les mythes, légendes et superstitions du patrimoine humain, il exhume de l'oubli d'étranges histoires. Comme Schliemann qui découvrit Troie dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le Conservateur et ses collaborateurs traquent les objets de légende oubliés, enfouis sous la poussière des ans. Son étrange personnalité lui ouvre bien des portes, celles de bibliothèques occultes, de collections démoniaques, d'antres de magiciens maudits et de tripots infâmes...

Au cours de nombreux voyages, rencontres et recherches, il a rassemblé une unique collection d'artefacts magiques pour le compte du musée, preuves irréfutables de la présence du surnaturel et du fantastique au sein de nos sociétés. Cette collection se trouve à Bruxelles, au centre de l'Europe.

Christian Chelman, est l’auteur de plusieurs ouvrages traitant de l’illusionnisme contemporain : Capricornian Tales (USA), Légendes Urbaines (France), Compendium Sortilégionis (Suisse), Hauntiques (GB). Il est vainqueur du Tournoi de Magie Mc Millan à Londres en 1993 (un des plus grands tournois de magie rapprochée en Europe) avec le spectacle Delirium Magicum. Il donne des séminaires sur l’illusionnisme et travaille régulièrement au Magic Castle (Hollywood – USA). Monsieur Chelman se produit également comme illusionniste pour le milieu de l’événementiel et donne des séminaires sur la communication et la manipulation par le langage. Monsieur Chelman est un spécialiste du jeu des gobelets, outil principal de l’escamoteur. Il a produit une vidéo à l’attention des étudiants en illusionnisme à ce sujet.

Au sein du Surnatéum et parfois en extérieur, Christian Chelman conte et réactive les antiquités hantées pour le plus grand plaisir de ses invités.

| Revenir aux articles

31/08/19

Time Traveler Barbie

Rien de plus ordinaire qu’une Barbie avec sa robe…

Comme à l’accoutumée, je chine au Vieux Marché de Bruxelles, qui est un véritable vortex pour les objets étranges. Un de mes marchands préférés vient de rentrer un ensemble de feuilles sur lesquelles sont agrafées des modèles de travaux de couturière, mouchoirs, manches, broderies, … L’ensemble date de 1840. L’ensemble est assez joli, mais n’entre pas particulièrement dans les collections du Surnatéum. Il est aussi un peu cher.

Mais une robe miniature attire mon regard. On dirait une sorte de tablier que l’on portait au-dessus des vêtements au milieu du XIXe siècle. A première vue, elle conviendrait parfaitement à une poupée Barbie.

Il y a donc des choses étonnantes. La poupée Barbie de Mattel n’a fait son apparition qu’en 1959 aux USA, même si elle était inspirée d’une poupée allemande de 1955, la Bild Lilli.

Je négocie donc l’achat de la robe et du châle qui l’accompagne, et m’empresse de trouver une Barbie des années 1960 sur la même marché. La robe semble avoir été coupée sur mesure pour elle, elle s’ajuste à la perfection. Je suis amusé à l’idée d’avoir mis la main sur la plus ancienne robe de Barbie, créée 120 ans avant la poupée.

Bien entendu, la logique veut que ce soit un modèle miniature d’un tablier, qui servait à présenter les créations de la couturière.

Néanmoins, la Barbie n’a absolument pas les proportions d’une femme normale, sa taille est trop fine, sa poitrine trop grosse, ses hanches sont aberrantes… Si la robe avait été une miniature de robe pour une femme normale, elle ne s’ajusterait pas du tout à la Barbie. Qui plus est, même si les poupées mannequins “adultes” existent au XIXe siècle, aucune n’a non plus les proportions de Barbie.

Il n’y a donc pas d’explication rationnelle à cette « coïncidence ».

Cette robe est donc un OOPArt (Out-Of-Place-Artifact) – voir à ce sujet Wikipédia.

Notez que je préfère utiliser le tarme OOTArt (Out-Of-Time-Artifact) dans ce cas.

 

L’amateur de fantastique et de science fiction qui sommeille en moi imagine donc le scénario suivant.

Un scientifique des années 1960, après avoir vu le film “The Time Machine” de George Pal, d’après le roman d’H.G.Wells, imagine une maquette de machine à remonter le temps comme dans le film.  A la place du cigare qui sert de voyageur, il place une Barbie appartenant à sa fille, et on l’envoie 120 ans dans le passé.  
Machine et Barbie disparaissent à tout jamais.
Quelque part en 1840, un drôle d’engin apparaît dans une maison. Les gens examinent la chose et ne comprennent pas d’où elle sort. La poupée est fabriquée dans une matière inconnue.
Elle paraît toutefois un peu indécente, si pas outrageante au milieu du XIXe siècle. Surtout en maillot de corps.
Quelqu’un lui fabrique donc des vêtements plus en rapport avec l’époque…
Et un de ces vêtements se retrouve dans le catalogue.
On peut rêver.