Vous désirez plus d'informations ou réserver une soirée, n'hésitez pas à contacter le Surnateum par téléphone ( +32(0)496686470 ou +32(0)27626046 ) ou par mail

Vous avez envie de pratiquer l'illusionnisme différemment, d'avoir un close-up plus efficace, d'utiliser de vraies techniques underground à l'efficacité redoutable, de monter des spectacles...

Prenez donc contact avec nous, vous serez étonné de notre disponibilté.

Nous pouvons également effectuer des prestations en extérieur et prêtons parfois des objets sous certaines conditions.

Pour plus d'informations, contactez le conservateur

Pour plus d'infromations: pdf récapitulatif

Christian Chelman est le Conservateur actuel du Surnatéum, un Cabinet de Curiosité essentiellement consacré aux magies qui hantent nos civilisations depuis l’aube de l’humanité. Christian Chelman se consacre entièrement à l'étude de la magie sous toutes ses formes.

Depuis des années, il explore autant l'illusionnisme et la prestidigitation dans leurs aspects les plus inconnus que la magie et la sorcellerie dans l'Antiquité, dans les sociétés secrètes et chez les peuples dits "primitifs." Attiré par les connaissances interdites, fasciné par les mythes, légendes et superstitions du patrimoine humain, il exhume de l'oubli d'étranges histoires. Comme Schliemann qui découvrit Troie dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le Conservateur et ses collaborateurs traquent les objets de légende oubliés, enfouis sous la poussière des ans. Son étrange personnalité lui ouvre bien des portes, celles de bibliothèques occultes, de collections démoniaques, d'antres de magiciens maudits et de tripots infâmes...

Au cours de nombreux voyages, rencontres et recherches, il a rassemblé une unique collection d'artefacts magiques pour le compte du musée, preuves irréfutables de la présence du surnaturel et du fantastique au sein de nos sociétés. Cette collection se trouve à Bruxelles, au centre de l'Europe.

Christian Chelman, est l’auteur de plusieurs ouvrages traitant de l’illusionnisme contemporain : Capricornian Tales (USA), Légendes Urbaines (France), Compendium Sortilégionis (Suisse), Hauntiques (GB). Il est vainqueur du Tournoi de Magie Mc Millan à Londres en 1993 (un des plus grands tournois de magie rapprochée en Europe) avec le spectacle Delirium Magicum. Il donne des séminaires sur l’illusionnisme et travaille régulièrement au Magic Castle (Hollywood – USA). Monsieur Chelman se produit également comme illusionniste pour le milieu de l’événementiel et donne des séminaires sur la communication et la manipulation par le langage. Monsieur Chelman est un spécialiste du jeu des gobelets, outil principal de l’escamoteur. Il a produit une vidéo à l’attention des étudiants en illusionnisme à ce sujet.

Au sein du Surnatéum et parfois en extérieur, Christian Chelman conte et réactive les antiquités hantées pour le plus grand plaisir de ses invités.

| Revenir aux articles

19/08/16

Diceman

Diceman

C’est en décembre 1986 que j’ai croisé le chemin de Charlie Miller.

Il logeait comme moi au Magic Hotel, juste à côté du Magic Castle (Hollywood) où j’effectuais mon premier passage. Le début d’une aventure dans ce temple de l’illusionnisme, qui devait durer quelques années. Il avait entendu parler de ma « jam session » avec Dai Vernon, le Professeur, et souhaitait me rencontrer.

Approchant des 80 ans, sa santé n’était pas au beau fixe et il préférait une discussion privée  dans mon petit appartement au plutôt qu’au Castle.

Considéré comme un des plus grands closeupmans (magicien de proximité)  du XXe siècle, doué d’une technique et d’une mémoire exceptionnelles, Miller rivalisait avec Vernon, son mentor, en magie rapprochée. La discussion de cet après-midi portait sur des manipulations rares et peu connues en  cartomagie, lorsqu’il me vint subitement l’idée de lui poser une question un peu délicate. Pourquoi le surnommait-on « the Diceman » ?

Il eut un sourire un peu gêné et me raconta l’anecdote suivante.

En 1932, Dai Vernon se mit à la recherche d’un tricheur mythique capable de réaliser à la perfection une donne du milieu avec un paquet de cartes. Cette technique quasiment impossible à réaliser en jeu  méritait que le Professeur abandonne femme, enfant et boulot pour en apprendre plus.

Charlie Miller, âgé alors de 23 ans, l’accompagnait à Kansas City. A ce moment, ils ne connaissaient ni le nom ni l’adresse du tricheur.

Vernon découvrit plus tard qu’il s’agissait d’un certain Allen Kennedy et le rencontra, mais c’est une autre histoire.

L’âge de Charlie Miller ainsi que son aspect de jeune puceau un peu enveloppé risquaient toutefois de poser des problèmes dans un milieu de tricheurs et de tueurs qui tiraient d’abord et discutaient ensuite. Vernon connaissait l’argot du « milieu » mais son protégé ne pouvait pas passer pour un vrai dur ; et les tricheurs n’aiment pas les magiciens… Il fut convenu que si le milieu dans lequel ils se trouvaient se composait de tricheurs au dés, Charlie serait présenté comme « a mechanic » (un tricheur doué techniquement aux cartes), et dans le cas de joueurs de cartes, il serait « a Diceman » – tricheur aux dés.  Et pour le reste, il devait la fermer.

Arrivé devant un tripot clandestin, Vernon se présenta comme venant de la part de Old Man Lee de KC Card Co, un marchand d’accessoires truqués pour le jeu, célèbre pour ses catalogues (les Blue Books) . A peine la porte franchie, ils se trouvèrent face à un amputé des jambes en chaise roulante, nommé Peg. Une énorme pétoire de calibre .45 à portée de main ne donnait pas envie aux visiteurs de faire la moindre remarque déplacée.

Peg, extrêmement suspicieux, les fit toutefois pénétrer dans la salle de jeu. A leur entrée, tout le monde se figea. La tension était plus que palpable…

Vernon se fit passer pour un tricheur exploitant les voyageurs sur les bateaux, et mentionna une fois de plus Lee. Il ajouta qu’il était à la recherche d’un confrère capable de réaliser une donne du milieu parfaite. Là-dessus, les joueurs se moquèrent de lui en lui signalant qu’un mec capable de faire ça était aussi rare qu’une tempête de neige dans le Sahara.

Puis, l’un d’entre eux, notant la présence de Charlie Miller, demanda ce qu’il faisait là. Ce dernier, stressé à mort et craignant, non sans raison, d’être flingué sur place, répondit d’une voix horriblement stridente et haut perché « I’m the Diceman ». Le ton de voix suraigu gela instantanément l’atmosphère…

Vernon horrifié, battit en retraite rapidement avant de recevoir une volée de plomb, entraînant avec lui son jeune élève.

Depuis, ce surnom lui était resté.

Charlie Miller s’excusa et disparu un instant. Au retour, il m’offrit une série de dés en souvenir de l’histoire et de notre rencontre et ajouta : « Mais il y a une autre raison pour laquelle je porte ce surnom. Je peux mélanger un dé. »

« Un dé ? rétorquais-je, en général ce sont les cartes qu’on mélange »

« Laissez-moi vous montrer… »

 

La suite au Surnatéum.

Note : – Cette histoire est confirmée par Dai Vernon lui-même dans le tome 4 des Vernon Chronicles par Bruce Cervon | Keith Burns  (p.168 – I’m the Diceman) ; dans The Magician and the Card Sharp de Karl Johnson (Dice Man p.132 et sv), et dans le n° spécial Vernon de Décembre 2001 de Genii.

- Charlie Miller publia ma routine “Jogging” dans le magazine Genii du mois d’août 1987 dans sa rubrique Magicana.

magicana1magicana0