Vous désirez plus d'informations ou réserver une soirée, n'hésitez pas à contacter le Surnateum par téléphone ( +32(0)496686470 ou +32(0)27626046 ) ou par mail

Vous avez envie de pratiquer l'illusionnisme différemment, d'avoir un close-up plus efficace, d'utiliser de vraies techniques underground à l'efficacité redoutable, de monter des spectacles...

Prenez donc contact avec nous, vous serez étonné de notre disponibilté.

Nous pouvons également effectuer des prestations en extérieur et prêtons parfois des objets sous certaines conditions.

Pour plus d'informations, contactez le conservateur

Pour plus d'infromations: pdf récapitulatif

Christian Chelman est le Conservateur actuel du Surnatéum, un Cabinet de Curiosité essentiellement consacré aux magies qui hantent nos civilisations depuis l’aube de l’humanité. Christian Chelman se consacre entièrement à l'étude de la magie sous toutes ses formes.

Depuis des années, il explore autant l'illusionnisme et la prestidigitation dans leurs aspects les plus inconnus que la magie et la sorcellerie dans l'Antiquité, dans les sociétés secrètes et chez les peuples dits "primitifs." Attiré par les connaissances interdites, fasciné par les mythes, légendes et superstitions du patrimoine humain, il exhume de l'oubli d'étranges histoires. Comme Schliemann qui découvrit Troie dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le Conservateur et ses collaborateurs traquent les objets de légende oubliés, enfouis sous la poussière des ans. Son étrange personnalité lui ouvre bien des portes, celles de bibliothèques occultes, de collections démoniaques, d'antres de magiciens maudits et de tripots infâmes...

Au cours de nombreux voyages, rencontres et recherches, il a rassemblé une unique collection d'artefacts magiques pour le compte du musée, preuves irréfutables de la présence du surnaturel et du fantastique au sein de nos sociétés. Cette collection se trouve à Bruxelles, au centre de l'Europe.

Christian Chelman, est l’auteur de plusieurs ouvrages traitant de l’illusionnisme contemporain : Capricornian Tales (USA), Légendes Urbaines (France), Compendium Sortilégionis (Suisse), Hauntiques (GB). Il est vainqueur du Tournoi de Magie Mc Millan à Londres en 1993 (un des plus grands tournois de magie rapprochée en Europe) avec le spectacle Delirium Magicum. Il donne des séminaires sur l’illusionnisme et travaille régulièrement au Magic Castle (Hollywood – USA). Monsieur Chelman se produit également comme illusionniste pour le milieu de l’événementiel et donne des séminaires sur la communication et la manipulation par le langage. Monsieur Chelman est un spécialiste du jeu des gobelets, outil principal de l’escamoteur. Il a produit une vidéo à l’attention des étudiants en illusionnisme à ce sujet.

Au sein du Surnatéum et parfois en extérieur, Christian Chelman conte et réactive les antiquités hantées pour le plus grand plaisir de ses invités.

| Revenir aux articles

17/03/17

Defixiones et Prières

Une série de petites tablettes de défixion, sortilèges ou prières en provenance de County Durham, à Piercebridge, pas loin de Vinovium, (Fort romain de Piercebridge) sur la route conduisant au Mur d’Hadrien.  (Trouvées dans les années 70 dans un lieu d’offrandes votives, collection privée)

Les tablettes de défixion (defixio en latin, κατάδεσμος / katádesmos en grec ancien), appelées aussi tablettes de malédiction ou tablettes d’envoûtement, constituent le type de témoignage le plus répandu qui nous soit parvenu de la magie antique. En effet, environ 2 000 exemplaires sont recensés à l’heure actuelle, s’étalant du VIe siècle av. J.-C. pour le document le plus ancien au VIe siècle après, et cela dans l’ensemble du monde gréco-romain. Attestée dans la littérature, la pratique consiste littéralement à « clouer », « lier », une personne ou parfois un animal. Comme le précise Fritz Graf : « L’objectif habituel de la défixion est donc de soumettre un autre être humain à sa volonté, de le rendre incapable d’agir selon son propre gré. », pratique appelée aujourd’hui envoûtement. (Wiikipédia)

defixweb

Le plomb sur lequel sont gravés, au moyen d’un stylet, les sortilèges est un métal chtonien, donc dédié aux divinités infernales (Hécate, Proserpine, Dis Pater/Pluton, Charon, Orcus…). Ces tablettes étaient repliées et, soit enterrées dans les tombes de morts malfaisants (enfants, gladiateurs, soldats, victimes de meurtres…), soit lancées dans des puits, des rivières ou des bassins. Il se pourrait que dans ce cas précis, la déesse Fortuna (Bonne ou Mauvaise Fortune) soit invoquée. Elles pouvaient être percées d’un clou ou accompagnées de figurines en plomb. La collection du Surnatéum possède une de ces figurines. L’eau étant lieu de passage entre les vivants et les morts, le courant pouvait aussi emporter la maladie. Et certaines eau avaient des valeurs curatives.

Les textes ne sont pas toujours des envoûtements « mortels », mais pouvaient être une prière, un sortilège amoureux, de justice ou de jeu : les courses de char sont parfois visés.Un stylet d’airain ou de bronze (métal lié à Hécate, déesse de la sorcellerie) pouvait être utilisé pour graver les défixions sur le plomb.

stylus4

Les plus anciennes tablettes d’envoûtement connues datent de la Vie dynastie égyptienne, et sont en terre crue.

Les tablettes du Surnatéum sont pour l’instant gardées en l’état, nous les déplierons à l’occasion. La tablette ci-dessous est exceptionnellement grande et est une prière pour une femme malade.

curse-roman-big2

 carissimi obsecro deus meus exaudi orationem meam pro matre infirmum /

de la part de ma mère malade je te prie d’entendre ma prière, Ô mon Dieu bien aimé.

L’extrême rareté de cet objet vient du fait que la prière semble être adressé au Dieu chrétien: il est écrit DEUS (Dieu) et non DEI (Dieux)

Madame Ulrike Ehwig de l’Université d’Heidelberg date cette prière du IVe/Ve siècle. Elle confirme aussi que cet objet est unique – même si la prière est traditionnelle – et mélange les rites païens et chrétiens de l’époque.

https://en.wikipedia.org/wiki/Piercebridge_Roman_Fort

La défixion du dessous de l’image est enroulée autour d’un os (probablement de poulet), une offrande votive.

curse-roman-huge1

Dans l’excellente (et trop courte) série ROME, Servilia, maîtresse de César, venant d’être répudiée, maudit César et Atia – qui a manœuvré la répudiation – au moyen d’une défixion. La scène est particulièrement bien documentée.

https://www.youtube.com/watch?v=jC75FdTL2DM