Vous désirez plus d'informations ou réserver une soirée, n'hésitez pas à contacter le Surnateum par téléphone ( +32(0)496686470 ou +32(0)27626046 ) ou par mail

Vous avez envie de pratiquer l'illusionnisme différemment, d'avoir un close-up plus efficace, d'utiliser de vraies techniques underground à l'efficacité redoutable, de monter des spectacles...

Prenez donc contact avec nous, vous serez étonné de notre disponibilté.

Nous pouvons également effectuer des prestations en extérieur et prêtons parfois des objets sous certaines conditions.

Pour plus d'informations, contactez le conservateur

Pour plus d'infromations: pdf récapitulatif

Christian Chelman est le Conservateur actuel du Surnatéum, un Cabinet de Curiosité essentiellement consacré aux magies qui hantent nos civilisations depuis l’aube de l’humanité. Christian Chelman se consacre entièrement à l'étude de la magie sous toutes ses formes.

Depuis des années, il explore autant l'illusionnisme et la prestidigitation dans leurs aspects les plus inconnus que la magie et la sorcellerie dans l'Antiquité, dans les sociétés secrètes et chez les peuples dits "primitifs." Attiré par les connaissances interdites, fasciné par les mythes, légendes et superstitions du patrimoine humain, il exhume de l'oubli d'étranges histoires. Comme Schliemann qui découvrit Troie dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le Conservateur et ses collaborateurs traquent les objets de légende oubliés, enfouis sous la poussière des ans. Son étrange personnalité lui ouvre bien des portes, celles de bibliothèques occultes, de collections démoniaques, d'antres de magiciens maudits et de tripots infâmes...

Au cours de nombreux voyages, rencontres et recherches, il a rassemblé une unique collection d'artefacts magiques pour le compte du musée, preuves irréfutables de la présence du surnaturel et du fantastique au sein de nos sociétés. Cette collection se trouve à Bruxelles, au centre de l'Europe.

Christian Chelman, est l’auteur de plusieurs ouvrages traitant de l’illusionnisme contemporain : Capricornian Tales (USA), Légendes Urbaines (France), Compendium Sortilégionis (Suisse), Hauntiques (GB). Il est vainqueur du Tournoi de Magie Mc Millan à Londres en 1993 (un des plus grands tournois de magie rapprochée en Europe) avec le spectacle Delirium Magicum. Il donne des séminaires sur l’illusionnisme et travaille régulièrement au Magic Castle (Hollywood – USA). Monsieur Chelman se produit également comme illusionniste pour le milieu de l’événementiel et donne des séminaires sur la communication et la manipulation par le langage. Monsieur Chelman est un spécialiste du jeu des gobelets, outil principal de l’escamoteur. Il a produit une vidéo à l’attention des étudiants en illusionnisme à ce sujet.

Au sein du Surnatéum et parfois en extérieur, Christian Chelman conte et réactive les antiquités hantées pour le plus grand plaisir de ses invités.

| Revenir aux articles

16/08/19

Dead Man’s Hand.

Le 2 août 1876, Wild Bill Hickok entre dans le saloon Nuttal & Mann’s, appelé également saloon n° 10 de la ville de Deadwood dans le Dakota du sud. La ville se trouve en territoire indien et attire les chercheurs d’or qui veulent faire fortune. 

Wild Bill est une figure légendaire du Far-West : tireur d’élite, conducteur de diligence, acteur pour Buffalo Bill, éclaireur pour le général Custer, Marshall dans diverses villes, il a une dizaine de meurtres à son actif, tous en légitime défense ou par accident. Il a d’ailleurs tué son adjoint lors d’une fusillade et ne s’en remet pas.

Ses aventures sont publiées dans des petits magazines, dans lesquelles on enjolive avec forces détails son combat au couteau avec un ours et les diverses fusillades. C’est aussi un excellent joueur de poker.

Il est arrivé à Deadwood en compagnie de son ami Charlie Utter et de Martha Jane Cannary, plus connue sous le sobriquet de Calamity Jane.

Il vit essentiellement de sa réputation et du jeu. Mais il est atteint d’un glaucome et sa vue commence à faiblir, il se risque moins à démontrer son habilité de tireur..

Le jour précédent, le premier août 1876, il a plumé un certain Jack McCall et, en fin de partie, lui a offert quelques dollars pour se payer un repas. Son adversaire a pris le pognon, mais s’est senti insulté.

Ce jour-là, Wild Bill prend un verre au bar, lorsqu’on lui propose une partie de Stud Poker : jeu où l’on distribue une partie des cartes faces visibles.

D’habitude, Hickok s’assied dos au mur pour voir entrer d’éventuels malfaisants, mais ce jour-là les sièges sont occupés et il doit se contenter d’un siège situé dos à l’entrée. Il ne voit donc pas arriver Jack McCall qui, sans avertissement, lui tire une balle dans la tête. Et le tue net. La balle finira sa course dans le poignet gauche du capitaine William Massie.

Plus tard, l’assassin  sera pendu pour ce meurtre.

La légende veut que la dernière main jouée par Wild Bill Hickok soit composée de deux As noirs, deux huit noirs et d’une carte dont l’identité reste douteuse. Mais il pourrait s’agir d’une Dame de Cœur.

La main est surnommée « the Dead Man’s Hand » et a la réputation de porter la poisse.

Cette légende est née plus de cinquante ans après la mort d’Hickok.

Certains ajoutent parfois que seule la Dame de Cœur est maudite. Nous avons testé la légende au Surnatéum…