Boîte de “Fairy doctor”

Magie populaire anglaise,

Boite en cuivre (Princess Mary – 1914) contenant les « trésors » d’un « Fairy Doctor » anglais : pièces de cuivre/bronze du XVIIIe/ début XIXe siècle et deux almanachs (1798 et 1807) dans la même matière, une pièce d’argent de 4 pence (1854), 2 fairy arrows (pointes de flèche néolithiques) dont une en quartz, un cristal de magnétite, un fossile d’ammonite (snakestone), une pierre ronde, un briquet romain antique (rouillé), un clou (probablement de cercueil), une fairy stone (pierre fée), un silex pour fusil/pistolet, 3 thunderstones (bélemnites), une pointe de flèche antique en métal, un météorite ferreux ressemblant à une pointe de flèche.

Le matériel semble avoir été utilisé entre la fin du XVIIIe et le début XIXe siècle avant d’être placé dans la boîte (dates des almanachs utilisés par les Cunning Folks anglais). Ce genre d’objets se transmettait d’un rebouteux à sa descendance. Une pipe représentant Shakespeare et taillée dans le chêne de Herne (Windsor) accompagne l’ensemble. Elle sera le sujet d’un autre article.

La pièce de 4 pence peut avoir été choisie car elle est en argent et le 4 remplace une croix,

La tradition veut qu’une pièce en argent (métal de la Lune) ou 3 pièces de cuivre soient placées dans de l’eau avec les pointes de flèche en pierre, L’eau rendue ainsi magique peut soigner les bêtes malades,

Les fairy arrows, flèches néolithiques pouvaient à la fois causer des maladies chez les animaux ou les humains et les guérir,

Le clou en fer est une protection contre les mauvaises fées,

L’ammonite est une protection contre les morsures de serpent (snakestone ou adderstone).

“fairy doctors . . . usually possess elf-bags, containing

in one recent case three or four ancient flint arrow

heads, a piece of silver with a cross on it, and three

pieces of copper. Some have seven or eight flints,

though only one was used in the disenchanting

acts. Cows were also treated with water from three

boundary streams, ladies-mantle juice [Alchemilla]

and salt; the coins and one arrow head being dipped

in it. It was given in three draughts to the cow, the

rest poured on her back or into her ears. (Westropp

1918, 319)”

Bewitched by an Elf Dart: Fairy Archaeology, FolkMagic

and TraditionalMedicine in Ireland

Marion Dowd :Cambridge Archaeological Journal 28:3, 451–473

La Pipe de Herne le Chasseur

 

| Revenir aux articles

08/08/21