Basmala apotropaïque

Superbe entrée dans les collections apotropaïques du Surnatéum: une fusaïole antique du Moyen Orient (10 cm de diamètre).

Cette pierre gravée de la “Basmala” coranique ( « Au nom de Dieu clément et miséricordieux/Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux » une phrase qui ouvre toutes les sourates (sauf la 9)). Placée sur le fuseau de la fileuse, et selon la tradition populaire des Musulmans, la basmala aurait un effet protecteur contre les Jinns.
La quenouille, le fuseau et la fusaïole sont, depuis l’aube de l’humanité, les objets magiques des femmes. Instruments des Moires, Parques, Ourmes et Nornes, on les retrouve dans toutes les traditions associées aux sorcières. Instruments de la déesse Frigg (Frau Holle/Perchta, Berthe), les femmes de pouvoir (les Völvas du monde Viking entre autre) étaient enterrées avec.
Le filage entraîne une forme de transe légère, d’état de décontraction, dans lequel les incantations des fileuses étaient liées aux fils de laine, de lin et autres.
Cela explique en partie pourquoi les femmes étaient redoutables pour nouer l’aiguillette ou capturer les vents dans les nœuds.

https://en.wikipedia.org/wiki/Textiles_in_mythology_and_folklore

 

| Revenir aux articles

26/05/20