Vous désirez plus d'informations ou réserver une soirée, n'hésitez pas à contacter le Surnateum par téléphone ( +32(0)496686470 ou +32(0)27626046 ) ou par mail

Vous avez envie de pratiquer l'illusionnisme différemment, d'avoir un close-up plus efficace, d'utiliser de vraies techniques underground à l'efficacité redoutable, de monter des spectacles...

Prenez donc contact avec nous, vous serez étonné de notre disponibilté.

Nous pouvons également effectuer des prestations en extérieur et prêtons parfois des objets sous certaines conditions.

Pour plus d'informations, contactez le conservateur

Pour plus d'infromations: pdf récapitulatif

Christian Chelman est le Conservateur actuel du Surnatéum, un Cabinet de Curiosité essentiellement consacré aux magies qui hantent nos civilisations depuis l’aube de l’humanité. Christian Chelman se consacre entièrement à l'étude de la magie sous toutes ses formes.

Depuis des années, il explore autant l'illusionnisme et la prestidigitation dans leurs aspects les plus inconnus que la magie et la sorcellerie dans l'Antiquité, dans les sociétés secrètes et chez les peuples dits "primitifs." Attiré par les connaissances interdites, fasciné par les mythes, légendes et superstitions du patrimoine humain, il exhume de l'oubli d'étranges histoires. Comme Schliemann qui découvrit Troie dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le Conservateur et ses collaborateurs traquent les objets de légende oubliés, enfouis sous la poussière des ans. Son étrange personnalité lui ouvre bien des portes, celles de bibliothèques occultes, de collections démoniaques, d'antres de magiciens maudits et de tripots infâmes...

Au cours de nombreux voyages, rencontres et recherches, il a rassemblé une unique collection d'artefacts magiques pour le compte du musée, preuves irréfutables de la présence du surnaturel et du fantastique au sein de nos sociétés. Cette collection se trouve à Bruxelles, au centre de l'Europe.

Christian Chelman, est l’auteur de plusieurs ouvrages traitant de l’illusionnisme contemporain : Capricornian Tales (USA), Légendes Urbaines (France), Compendium Sortilégionis (Suisse), Hauntiques (GB). Il est vainqueur du Tournoi de Magie Mc Millan à Londres en 1993 (un des plus grands tournois de magie rapprochée en Europe) avec le spectacle Delirium Magicum. Il donne des séminaires sur l’illusionnisme et travaille régulièrement au Magic Castle (Hollywood – USA). Monsieur Chelman se produit également comme illusionniste pour le milieu de l’événementiel et donne des séminaires sur la communication et la manipulation par le langage. Monsieur Chelman est un spécialiste du jeu des gobelets, outil principal de l’escamoteur. Il a produit une vidéo à l’attention des étudiants en illusionnisme à ce sujet.

Au sein du Surnatéum et parfois en extérieur, Christian Chelman conte et réactive les antiquités hantées pour le plus grand plaisir de ses invités.

| Revenir aux articles

21/06/15

La Bannissement des Vampires (1893)

La superstition de l’existence des vampires parmi les Slaves, les Roumains et les Grecs dans les pays du bas Danube (les Balkans) est encore bien vivante aujourd’hui, malgré tous les efforts pour donner une explication acceptable (scientifiquement).  

vampirbannen1893b_zps33459d7e

Cette superstition  réapparaît quand, peu de temps après la mort d’un membre d’une famille, plusieurs autres meurent ou tombent malades et disparaissent ainsi. Les gens crédules sont convaincus que la première victime était un vampire qui sort de sa tombe chaque nuit, et retourne  chez les membres de sa famille pour sucer le sang qui lui redonne vie, et ainsi prolonger sa / son existence fantomatique pendant un certain temps. Cette croyance aux vampires est probablement l’une des formes les plus terribles de la croyance aux démons et fantômes et conduit souvent à la profanation de cadavres et de cimetières. Dès que les habitants d’un village roumain sont convaincus qu’une personne récemment décédée se conduit comme un vampire, ils appliquent la méthode traditionnelle de bannissement du fantôme. Par une nuit de pleine lune*, un certain nombre d’hommes courageux se rendent au cimetière et déterrent le cadavre du vampire. Ce n’est pas une tâche très difficile car les Roumains n’enterrent leurs morts que deux pieds sous terre. Il est généralement admis que si le cadavre est bien conservé, c’est la preuve qu’il est un vampire. Les hommes enfoncent ensuite une pointe de métal à travers la poitrine du cadavre, tirent plusieurs fois dessus (voir photo à la page 324), puis l’enterrent à nouveau, croyant que le vampire va maintenant être incapable de se lever et de les infecter plus longtemps. Parfois, ils coupent la tête du cadavre. Mais pour éliminer un vampire il est jugé essentiel que son corps soit percé d’un pieu car c’est la seule chose ce qui tue effectivement le vampire, qui continue de vivre dans un corps apparemment mort, et suce le sang de ses parents pour le garder en état.

Das Bannen des Vampirs in Rümanien, dans Illustrirte Chronif der Zeit 1893.

*note : et généralement un samedi.