Vous désirez plus d'informations ou réserver une soirée, n'hésitez pas à contacter le Surnateum par téléphone ( +32(0)496686470 ou +32(0)27626046 ) ou par mail

Vous avez envie de pratiquer l'illusionnisme différemment, d'avoir un close-up plus efficace, d'utiliser de vraies techniques underground à l'efficacité redoutable, de monter des spectacles...

Prenez donc contact avec nous, vous serez étonné de notre disponibilté.

Nous pouvons également effectuer des prestations en extérieur et prêtons parfois des objets sous certaines conditions.

Pour plus d'informations, contactez le conservateur

Pour plus d'infromations: pdf récapitulatif

Christian Chelman est le Conservateur actuel du Surnatéum, un Cabinet de Curiosité essentiellement consacré aux magies qui hantent nos civilisations depuis l’aube de l’humanité. Christian Chelman se consacre entièrement à l'étude de la magie sous toutes ses formes.

Depuis des années, il explore autant l'illusionnisme et la prestidigitation dans leurs aspects les plus inconnus que la magie et la sorcellerie dans l'Antiquité, dans les sociétés secrètes et chez les peuples dits "primitifs." Attiré par les connaissances interdites, fasciné par les mythes, légendes et superstitions du patrimoine humain, il exhume de l'oubli d'étranges histoires. Comme Schliemann qui découvrit Troie dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le Conservateur et ses collaborateurs traquent les objets de légende oubliés, enfouis sous la poussière des ans. Son étrange personnalité lui ouvre bien des portes, celles de bibliothèques occultes, de collections démoniaques, d'antres de magiciens maudits et de tripots infâmes...

Au cours de nombreux voyages, rencontres et recherches, il a rassemblé une unique collection d'artefacts magiques pour le compte du musée, preuves irréfutables de la présence du surnaturel et du fantastique au sein de nos sociétés. Cette collection se trouve à Bruxelles, au centre de l'Europe.

Christian Chelman, est l’auteur de plusieurs ouvrages traitant de l’illusionnisme contemporain : Capricornian Tales (USA), Légendes Urbaines (France), Compendium Sortilégionis (Suisse), Hauntiques (GB). Il est vainqueur du Tournoi de Magie Mc Millan à Londres en 1993 (un des plus grands tournois de magie rapprochée en Europe) avec le spectacle Delirium Magicum. Il donne des séminaires sur l’illusionnisme et travaille régulièrement au Magic Castle (Hollywood – USA). Monsieur Chelman se produit également comme illusionniste pour le milieu de l’événementiel et donne des séminaires sur la communication et la manipulation par le langage. Monsieur Chelman est un spécialiste du jeu des gobelets, outil principal de l’escamoteur. Il a produit une vidéo à l’attention des étudiants en illusionnisme à ce sujet.

Au sein du Surnatéum et parfois en extérieur, Christian Chelman conte et réactive les antiquités hantées pour le plus grand plaisir de ses invités.

| Revenir aux articles

08/01/15

Ivory Nkisi Yombe

Nkisi (Fétiche) d’origine Yombe (Bakongo) en ivoire, datation probable d’avant le XVIIème siècle. Il est en état de nudité rituelle. Matière : Ivoire, verre, matières organiques. Hauteur : 16 cm sur une base ovale d’un diamètre maximum de 8,5 cm. Rarissime nkisi ayant probablement appartenu à un dignitaire de haut rang – l’ivoire était notoirement réservé à la famille royale – les yeux et la charge magique (bilongo) sont recouverts de verre transparent.

Représentation d’une femme (élément Terre) – probablement “nkisi a luyulu” (ou Nkisi a Luyalu), le nkisi du pouvoir, mère de tous les fétiches, – en position de l’orante. 

“Le Nkisi a Luyalu d’un Nkwangila pouvait être appelé Ngudi Nkisi, Mère du ou des Fétiches” (L’Ombre des Fétiches – Albert Doutreloux)

La photo est de l’excellente artiste photographe Anne-Laure Jacquart.

Les chefs détiennent en outre un “fétiche” particulièrement puissant, nkisi a luyulu (le nkisi du Pouvoir), considéré comme la mère de tous les autres objets magiques désignés du terme de nkisi. […] La fabrication du Luyulu […] exigeait des sacrifices humains.” (Luc de Heusch – Le Roi de Kongo et les Monstres Sacrés)

nkisifullweb3

Une fois de plus nous insistons sur le côté exceptionnel de cet objet. Pour analyser cette sculpture, nous nous sommes référés à l’excellent ouvrage « Le Geste Kongo » publié par le Musée Dapper, avons suivi les conseils de l’antiquaire bruxellois Gérard Sand et analysé le témoignage direct de m. Willy Chelman.
Malgré qu’aucun équivalent de Nkisi en ivoire n’apparaisse dans le livre-catalogue du Musée Dapper (en dehors de pommeaux de bâtons), la matière même de l’objet détermine qu’il fut créé pour un notable ou dignitaire de haut rang. Le corps légèrement penché en arrière, jambes fléchies et les yeux couverts de verre, nous permettent de penser que le fétiche représente une ancêtre nganga (expert rituel ou sorcier pour certains), la couleur blanche de l’ivoire étant celle des Simbi (esprits de la classe supérieure des morts), des ancêtres passés dans l’autre monde. La figure est notoirement féminine, le regard vitré lui donne pouvoir de consulter le royaume invisible. L’orante, les genoux fléchis dans la position dite « ntelemono mu fwokama », sollicite les faveurs de divination ou de guérison (et peut-être les deux) du monde des esprits. Sa fonction d’aider les femmes à supporter les douleurs de l’accouchement peut se justifier grâce à la charge magique (bilongo) se trouvant sur le ventre du fétiche.

13_zps70531b0d

Commentaire recueilli auprès de m. Willy Chelman et transcrit par le Conservateur:

En fouillant une vieille malle qui n’avait pas été ouverte depuis plus de quarante ans, ce fétiche fut retrouvé.
En 1956, m. Chelman, mon père, travaillait pour la Shell au Congo, à cette époque il habitait Luluabourg (Kananga) dans le Kasaï.
Ma mère venait de perdre un premier enfant, et en attendait un second (moi). Bien entendu, après cette triste expérience, mes parents vivaient dans l’angoisse du second accouchement. Ils avaient alors à leur service, deux « boys », Pedro et Marcel. Pedro Lemba était d’origine Bakongo et, voyant le désarroi de mes parents, leur offrit ce Nkisi qui appartenait, il y a très longtemps à un très puissant nganga, dit-il. Mon père accepta le cadeau. Pedro ajouta qu’il avait toujours été dans sa famille, et que les enfants nés sous sa protection possédaient des pouvoirs « magiques ». Il fit également mention de l’ancêtre Nkasu, mais je n’ai pas pu déterminer exactement le sens de ce mot.
En tout cas, il porta chance à mes parents et l’accouchement se passa sans problème.
Ce qui ne prouve rien quant au « pouvoir magique » du nkisi car mes frère et sœur naquirent également dans de bonnes conditions, mais à cette époque le fétiche était déjà rangé dans une malle!
Néanmoins, je suis le seul membre de ma famille à être entré dans l’univers fantasmagorique du Surnatéum et mon appartement ressemble de plus en plus à l’antre d’un féticheur…