Vous désirez plus d'informations ou réserver une soirée, n'hésitez pas à contacter le Surnateum par téléphone ( +32(0)496686470 ou +32(0)27626046 ) ou par mail

Vous avez envie de pratiquer l'illusionnisme différemment, d'avoir un close-up plus efficace, d'utiliser de vraies techniques underground à l'efficacité redoutable, de monter des spectacles...

Prenez donc contact avec nous, vous serez étonné de notre disponibilté.

Nous pouvons également effectuer des prestations en extérieur et prêtons parfois des objets sous certaines conditions.

Pour plus d'informations, contactez le conservateur

Pour plus d'infromations: pdf récapitulatif

Christian Chelman est le Conservateur actuel du Surnatéum, un Cabinet de Curiosité essentiellement consacré aux magies qui hantent nos civilisations depuis l’aube de l’humanité. Christian Chelman se consacre entièrement à l'étude de la magie sous toutes ses formes.

Depuis des années, il explore autant l'illusionnisme et la prestidigitation dans leurs aspects les plus inconnus que la magie et la sorcellerie dans l'Antiquité, dans les sociétés secrètes et chez les peuples dits "primitifs." Attiré par les connaissances interdites, fasciné par les mythes, légendes et superstitions du patrimoine humain, il exhume de l'oubli d'étranges histoires. Comme Schliemann qui découvrit Troie dans la deuxième moitié du XIXe siècle, le Conservateur et ses collaborateurs traquent les objets de légende oubliés, enfouis sous la poussière des ans. Son étrange personnalité lui ouvre bien des portes, celles de bibliothèques occultes, de collections démoniaques, d'antres de magiciens maudits et de tripots infâmes...

Au cours de nombreux voyages, rencontres et recherches, il a rassemblé une unique collection d'artefacts magiques pour le compte du musée, preuves irréfutables de la présence du surnaturel et du fantastique au sein de nos sociétés. Cette collection se trouve à Bruxelles, au centre de l'Europe.

Christian Chelman, est l’auteur de plusieurs ouvrages traitant de l’illusionnisme contemporain : Capricornian Tales (USA), Légendes Urbaines (France), Compendium Sortilégionis (Suisse), Hauntiques (GB). Il est vainqueur du Tournoi de Magie Mc Millan à Londres en 1993 (un des plus grands tournois de magie rapprochée en Europe) avec le spectacle Delirium Magicum. Il donne des séminaires sur l’illusionnisme et travaille régulièrement au Magic Castle (Hollywood – USA). Monsieur Chelman se produit également comme illusionniste pour le milieu de l’événementiel et donne des séminaires sur la communication et la manipulation par le langage. Monsieur Chelman est un spécialiste du jeu des gobelets, outil principal de l’escamoteur. Il a produit une vidéo à l’attention des étudiants en illusionnisme à ce sujet.

Au sein du Surnatéum et parfois en extérieur, Christian Chelman conte et réactive les antiquités hantées pour le plus grand plaisir de ses invités.

| Revenir aux articles

23/02/19

Sesterce d’Hécate

PHRYGIEN LAODIKEIA. Otacilia Severa, 244-249 CE. Et Hécate triforme.

Autrement dit: un sesterce romain (Phrygien) comportant d’un côté le profil de Otacila Severa – Femme de l’Empereur Philippe l’Arabe – entre 244 et 249 CE. L’autre côté porte la figure de la déesse Hécate triforme, ou Trivia, déesse de la sorcellerie, des maléfices et des créatures de la nuit. Le petit trou dans la pièce confirme son usage comme amulette apotropaïque.

Notre honorable collègue, Arnold McDonald, estime avec justesse, que l’origine d’Hékate pourrait être Heka (Hekaou), dieu ou principe de la magie en Egypte. Une déesse nommée Ouret-Hekaou, (Wrt-Hk3w), Grande Magicienne, maîtresse du sanctuaire de Ramsès II, apparaît sur des stèles et des objets funéraires comme des armes (couteaux magiques), et protège le défunt contre les dangers de l’au-delà. Elle est aussi protectrice des nouveau-nés. (voir à ce sujet la stèle de Louxor à Thèbes)

Une recherche sur internet nous a permis de trouver deux autres monnaies trouées, à l’effigie d’Hécate, suggérant son usage en tant qu’amulette apotropaïque. La pièce devait être cousue dans les linges qui emmaillotaient l’enfant.

Hécate, également déesse lunaire, avait pouvoir sur Mormo, Empusa et Lamia, démons s’attaquant spécialement aux enfants et aux jeunes gens.

Les cultes à cette déesse sont attestés en Thrace et dans les régions avoisinantes, le sesterce en apporte une preuve.

Hecate apparaît dans la Théogonie d’Hésiode et autres écrits de la même prériode.

 

Théogonie d’Hésiode (412-454)

Devenue enceinte [de Persès le Titan…], Astérie donna l’existence à Hécate, que Jupiter, fils de Saturne, honora entre toutes les déesses : il lui accorda de glorieux privilèges et lui permit de commander sur la terre et sur la mer stérile. Déjà, sous Uranus couronné d’étoiles, elle avait obtenu cet emploi et jouissait des plus grands honneurs parmi les dieux immortels. Aujourd’hui, lorsqu’un des hommes, enfants de la terre, célèbre, selon l’usage, des sacrifices expiatoires, c’est Hécate qu’il invoque, et soudain la céleste faveur environne le suppliant dont la bienveillante déesse accueille les prières ; elle lui prodigue la richesse, car elle en a le pouvoir.

 

Tous les privilèges partagés entre les nombreux enfants de la Terre et d’Uranus, elle seule les réunit. Le fils de Saturne ne lui a ni dérobé ni arraché aucune des prérogatives qui lui échurent sous les Titans, ces premiers dieux ; elle conserve tout entière la part d’autorité qu’elle obtint dans l’origine.

Fille unique, elle n’est ni moins respectée ni moins puissante sur la terre, dans le ciel et sur la mer ; son pouvoir est encore plus vaste, parce que Jupiter l’honore. Quand elle veut favoriser un mortel, elle l’assiste avec empressement, et, selon sa volonté, elle le fait briller dans l’assemblée des peuples, lorsque les hommes s’arment pour le combat meurtrier, c’est elle qui, à son gré se hâte de lui accorder la victoire et de prodiguer la gloire au vainqueur. Aux jours où l’on rend la justice, elle s’assied auprès des rois vénérables. Si elle voit des rivaux lutter dans l’arène, toujours propice, elle vient les encourager et les secourir ; l’athlète vainqueur par sa force et par sa constance mérite promptement un prix magnifique, et transporté d’allégresse, couvre de gloire sa famille.

 

Quand elle le veut, elle protège les écuyers qui montent sur les chars ; également favorable aux navigateurs qui affrontent le trajet difficile de la mer azurée, elle exauce les vœux qu’ils adressent à Hécate et au bruyant Neptune : cette illustre déesse leur procure aisément une abondante proie ou ne la leur montre que pour les en dépouiller si tel est son désir. Occupée avec Mercure à multiplier dans les étables les bœufs, les agneaux, les nombreux essaims de chèvres et de brebis à la toison épaisse, elle peut, comme il lui plaît, accroître ou diminuer les troupeaux. Rejeton unique de sa mère, elle vit comblée d’honneurs parmi tous les Immortels. Le fils de Saturne la chargea encore d’élever et de nourrir les humains qui, après elle, devaient voir la lumière de l’aurore au loin étincelante. Ainsi dés le principe, elle devint la nourrice des enfants : tels sont ses nobles emplois.

Une seconde pièce se trouve également dans les collections du Surnatéum

hecate-phrygia1 hecate-phrygia2